Course 2 - Régal détale mais Schatz rapplique


Nicolas Schatz - Lola T94/50 -
© O.Desdevises
Les nuages s’intensifient mais l’asphalte reste sec, les performances sont meilleures et les écarts se resserrent. Régal maîtrise toujours son sujet pendant que Schatz gagne du terrain.

Si le vainqueur de la Pommeraye domine les débats à l’issue de la première manche, la suivante reste toujours sous son contrôle avec une amélioration qui placera d’autant plus haut la barre du record ; mais à ses trousses Schatz hausse le rythme et réduit significativement l’écart.
Tandis que Petit touche le rail sans dommage pour sa monoplace et que A. Thomas rencontre un problème de boîte de vitesse, c’est finalement Reynaud qui réalise la bonne opération car non content de venir s’établir en leader du groupe CN au détriment de Frantz, il en profite pour accéder au podium.

Solide leader lors de la manche matinale, Werver gagne quelques centièmes mais à l’image du duel Régal-Schatz, Cosson déploie son énergie et signe un chrono meilleur de pratiquement deux secondes à son précédent ; malgré tous ses efforts, ce sont seize millièmes qui lui manquent pour venir détrôner Werver. Derrière c’est déçu que Dosières termine son ascension pensant avoir signé une amélioration plus conséquente ce qui ne l’empêche pas pour autant de conserver sa troisième place.
Après avoir manqué la tête du groupe GT, Millet se reprend et laisse libre court à la puissance de sa Porsche avec laquelle il relègue en seconde place la Cayman de Kirmann.
Dans le groupe A, Fritsch reste inaccessible pour la ‘petite’ Clio Cup de Bonnet qui parvient à réaliser un bond de près de quatre secondes rendant ainsi que plus difficile la tâche pour Lamarche.
Les jeux sont loin d’être faits pour Mouche en groupe N car si il garde l’avantage, Cat lui rappelle qu’il ne l’entend pas de cette oreille en réduisant l’écart à trois dixièmes.
L’échangeur de sa Porsche RSR réparé, Santarelli peut prendre part à la seconde montée de course et rétablit la logique dans le groupe FC en parallèle duquel Le Bihan conserve la tête en F2000.



Communiqué de presse FFSA